Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

LA CGT PREND ACTE DE LA DEMISSION DU PDG ET EXIGE LE RETRAIT DEFINITIF DU PLAN LOUETTE

 

La CGT relève que le départ de Pierre Louette intervient alors que l’agence traverse une crise profonde de par la faute du Pdg, auteur d’un plan destiné à en finir avec le statut de 1957 et à transformer l’AFP en une agence étatisée, pour mieux la privatiser ensuite.

Une fois de plus, la valse des PDG continue. Alors même que Pierre Louette prétendait vouloir donner davantage de stabilité à l’AFP en portant à cinq ans la durée du mandat du président, le voilà qui jette l’éponge au bout de quatre ans. Comprenne qui pourra ! C’est en réalité un aveu d’échec.

Pratiquant le mépris jusqu’à la dernière seconde, Pierre Louette aura essayé de faire passer en force son plan de casse de l’AFP et de mettre le personnel et les élus du pays devant le fait accompli. Viol des statuts et des règles fondamentales du métier, Louette n’a reculé devant rien.

Lors du dernier Comité d’entreprise, le 18 février, il a présenté son projet dit « AFP Services » en partenariat avec l’agence de loisirs Relaxnews, reprise à l’identique et mot pour mot du contenu de son plan de trente pages de mars 2009, paragraphe "Services aux médias et services aux entreprises". Il proposait, entre autres, que les journalistes AFP puissent "effectuer des missions ou produire des contenus, publi-reportages ou rédactionnels, pour AFP-Services/Relaxnews". Les élus au CE ont refusé de se prononcer.

Réduire l’AFP à un noyau autour duquel graviterait une nébuleuse de sociétés satellites sous-traitantes, transfert du chiffre d’affaire et baisse des effectifs, tel se présentait le plan Louette. Le déménagement rue Vivienne est naturellement lié.

La CGT appelle toutes les parties concernées (Etat, presse, élus de la nation) à mettre définitivement aux oubliettes le plan Louette, à conserver le statut de 57 qui garantit l’indépendance rédactionnelle de l ’Agence et à ouvrir un débat urgemment, via le Parlement, pour trouver les moyens de donner à l’AFP un financement pérenne (voir ici même QUESTIONNAIRE PIGEAT : REPONSES DE LA CGT TOUTES CATEGORIES DE L’AFP).

Quel qu’il soit et d’où qu’il vienne, le prochain PDG devra prendre en compte la volonté des personnels et des syndicats de sauvegarder le rôle mondial de l’Agence avec des moyens humains, techniques et financiers ad hoc. Pour commencer, il faut en revenir aux missions fondamentales de l’Agence, gravement menacées par les projets en cours : l’AFP est d’abord là pour INFORMER.

Pierre Louette étant sur le départ, les consignes rédactionnelles édictées unilatéralement ces dernières semaines par la rédaction en chef, et s’éloignant de la mission de base de l’agence, ne sauraient s’appliquer, venant d’une équipe nommée par un Pdg démissionnaire.

Dans le cas où son successeur tenterait de poursuivre les choix de Pierre Louette - mise en cause du statut et réformes qui n’auraient pour but que de transformer l’AFP en un supermarché "lowcost" de l’information -, la CGT appellera les salariés et l ’ensemble des syndicats à réagir.

Une nouvelle période s’ouvre. Les intentions de la prochaine direction n’étant pas connues, la CGT suspend la consultation/référendum prévue sur le plan Louette et demande dans les plus brefs délais un rendez-vous avec le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, pour obtenir des assurances sur le retrait immédiat du plan Louette et sur des garanties pour le développement de l’AFP et son financement pérenne.

CGT toutes catégories, Paris le 25 février 2010