Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

Profession de foi 2009

 

Les élections professionnelles 2009 se tiennent alors que se joue la survie de l’AFP telle que nous l’avons tous construite.

PDF - 167.2 ko
Version imprimable
Notre profession de foi et la liste de nos candidats

Journalistes, techniciens, administratifs, chacun dans son domaine a contribué au développement d’une des trois seules agences mondiales d’information, la seule non anglo-saxonne.

Son indépendance est maintenant gravement menacée par le projet de casse du statut qui l’a protégée depuis sa création.

Sans oublier le COM, ce nouveau contrat avec l’Etat qui sonne comme une véritable charge contre les principes rédactionnels de l’agence, ses missions d’information, et enfin son personnel.

Depuis des années déjà le SNJ-CGT se bat à tous les niveaux, aux côtés des salariés comme dans les diverses instances et négociations collectives, pour défendre le personnel de l’agence.

Aujourd’hui, il est en première ligne pour défendre la survie de l’agence.

Même si vous n’avez jamais voté dans une élection professionnelle dans le passé, il faut le faire cette année. Chaque voix compte !

Les candidats qui se présentent à vous sous les couleurs du SNJ-CGT (voir liste) émanent de tous les secteurs de notre agence. Ils sont forts d’une expérience collective déjà longue.

Parmi les acquis de ces deux dernières années, le SNJ-CGT :

  • a défendu tous azimuts les salariés, en faisant avancer de nombreux dossiers (pigistes banlieue, pigistes photo, journalistes locaux, conditions de travail, embauche des CDD, etc.) ;
  • s’est battu pour défendre le maillage de l’AFP en province, que les plans de la direction menaçaient de réduire de façon désastreuse ;
  • a défendu nos principes professionnels et notre indépendance en combattant les projets funestes et coûteux de la direction sur le plan rédactionnel : jeux en ligne "Facebook", casse de nos métiers par le biais du "journalisme citoyen" et pipolisation, y compris avec le projet rocambolesque "Relaxnews" ;
  • a proposé, créé et organisé le site de pétition électronique "SOS-AFP.ORG", qui à l’heure où ces lignes sont rédigées approche les 13 000 signatures pour la survie et l’indépendance de l’Agence France-Presse ;
  • a joué un rôle moteur en proposant et en faisant voter un droit d’alerte au Comité d’entreprise, afin que vos représentants puissent prendre pleinement connaissance des projets funestes de la direction et du gouvernement.

Sur tous les fronts

Au cours des semaines et des mois à venir, le SNJ-CGT sera toujours là sur tous ces fronts, et notamment pour empêcher la casse de notre outil de travail.

Même sur le plan technique, le projet de Pierre Louette est lourd de menaces.

Ce Pdg, qui est loin d’avoir prouvé sa capacité à faire les bons choix dans l’univers complexe de l’information sur Internet, voudrait nous plonger dans une aventure "tout-multimédia" présentée comme allant de soi.

Mais les choix retenus sont loin d’être évidents dans la situation de crise économique mondiale que nous connaissons, le secteur "high-tech" n’étant nullement à l’abri d’un nouvel effondrement.

Aux intentions de casser le statut protégeant son indépendance, se rajoutent les projets contenus dans le nouveau COM :

  • diminution des effectifs, peut-être avec un plan social à la clé ;
  • baisse de la masse salariale ;
  • suppression de services supposés "non stratégiques et non rentables" ;
  • "alléger, voire démonter" des "implantations qui ne correspondraient plus aux exigences immédiates de l’information" ;
  • transformation des desks en unités multimédia avec "partenariats de traduction" qui pourraient bien nous transformer en de simples agrégateurs de contenus ;
  • départ du siège envisagé sous prétexte de non compatibilité avec le nouveau système technique.
Etc. La liste hélas n’est pas exhaustive.

A chaque grande crise qu’a connue l’AFP, le salut est venu de la mobilisation des personnels s’opposant à des projets mortifères pour l’avenir de l’Agence.

Aujourd’hui le danger n’a jamais été aussi grand.

C’est pourquoi, dès le 9 mars, il est primordial que le personnel participe massivement aux élections, un acquis démocratique essentiel.

Prendre part au vote, voter SNJ-CGT

Pour commencer il faut voter ; l’abstention nuit plus que tout à la crédibilité du personnel dans les combats qui s’annoncent. Puis il faut bien entendu voter pour le SNJ-CGT !

Notre syndicat privilégie avant tout la négociation tant qu’il est possible de faire avancer les choses.

Mais il est aussi des situations qui exigent des moyens de lutte plus musclés.

Pour le SNJ-CGT il n’y a pas de place pour la négociation dans le leurre d’hypothétiques "garanties" sur le respect de l’article 2, inscrit dans le statut, et l’indépendance de l’Agence.

Notre syndicat s’est déjà clairement exprimé sur le fait que nous ne pourrons pas faire l’économie d’un conflit dur avec arrêt de travail pour permettre à la raison de prévaloir.

L’Etat et le PDG doivent retirer leur projet !

Dès le 9 mars, votez pour le SNJ-CGT, votez pour l’indépendance et la survie de l’Agence France-Presse !

Nos candidats